Print

Bien-être mental et santé pulmonaire

Si vous souffrez d’une maladie pulmonaire, votre risque de connaître des problèmes de santé mentale en plus de vos symptômes physiques est accru. Cette fiche d’information explique comment prendre soin de votre bien-être mental, quels sont les problèmes de santé mentale que vous pourriez rencontrer et comment obtenir de l’aide si vous ne vous sentez pas bien.

Dernière mise à jour 27/04/2021
This content is available in multiple languages.

Qu'est-ce que le bien-être mental ?


Le bien-être mental est un terme utilisé pour décrire la façon dont vous vous sentez et la manière dont vous affrontez la vie quotidienne. Cela inclut la façon dont vous ressentez le fait d’être atteint d’une maladie pulmonaire. Si vous êtes en bonne santé mentale, vous êtes davantage enclin à prendre soin de vous et à bien gérer votre traitement. Vous appréhendrez la vie de façon positive et vous voudrez prendre part aux choses qui se passent autour de vous. Si vous êtes en mauvaise santé mentale, vous pourriez perdre de l’intérêt dans des choses que vous appréciez de faire auparavant. Vous pourriez vous sentir plus anxieux et tendu et avoir plus de mal à affronter le quotidien et le stress lié à votre maladie.

Vivre avec une maladie pulmonaire


Le risque de souffrir d’une mauvaise santé mentale ou d’un problème de santé mentale est accru si vous êtes atteint d’une maladie pulmonaire. Cela peut être dû au fait que, par exemple :

  • vous trouvez qu’il est plus difficile de faire les mêmes activités qu’avant votre maladie
  • vous craignez de ne pas pouvoir respirer
  • vous êtes frustré par le fait d’avoir désormais besoin d’un traitement médical régulier et davantage d’aide extérieure, ou
  • vous avez des inquiétudes quant à votre avenir du fait de votre maladie pulmonaire.

Cela pourrait alors affecter votre façon de percevoir votre rôle au travail, vos interactions avec votre famille et vos amis, et votre estime de soi.

L’existence d’un problème de santé mentale peut également affecter votre capacité à faire face à votre maladie pulmonaire. A savoir, par exemple :

  • le fait de craindre d’être à bout de souffle, et donc éviter de faire de l’exercice
  • plonger dans une dépression et ne pas se sentir capable de prendre ses médicaments, ou
  • éviter d’être en présence d’autres personnes et se sentir isolé.

Il en découle un cercle vicieux : si vos symptômes ne sont pas bien gérés, vous pourriez vous sentir encore plus mal

Comment prendre soin de mon bien-être mental ?


Veiller à son bien-être mental relève d’une démarche personnelle. Il est donc essentiel que la manière de l’aborder vous convienne. On peut envisager un grand nombre d’approches différentes :

Rester actif.

Le fait de mener une vie active lorsque vous souffrez d’une maladie pulmonaire peut vous aider à gérer vos symptômes et à vous sentir bien. Plus vous serez actif, plus vous trouverez facile l’exécution de vos activités quotidiennes, et ce, malgré vos difficultés de respiration. Il est important de choisir une activité qui corresponde à votre niveau d’essoufflement. Vous pouvez, par exemple, inclure une nouvelle activité à votre quotidien, comme jardiner, monter et descendre les escaliers ou descendre du bus un arrêt plus tôt et finir le trajet à pied. Vous pouvez également tenter un cadre plus structuré, comme des cours de fitness, du jogging ou des exercices de musculation. N’oubliez pas qu’il est normal de ressentir un certain essoufflement pendant ces activités et que cela n’est pas un signe de poussée de la maladie. Vous pouvez également envisager de vous inscrire à un cours de rééducation pulmonaire. Ce programme structuré très efficace d’exercices et d’informations destiné spécifiquement aux personnes souffrant de maladies pulmonaires peut vous aider à rester actif.

Pleine conscience

Par pleine conscience, on entend le fait de se concentrer sur le moment présent. La pleine conscience nous fait comprendre que toute émotion ou sentiment est une réaction normale à un évènement, mais qu’il y a différentes manières de répondre à ce sentiment. Elle vous aide à comprendre que certaines pensées et certains sentiments peuvent être positifs et d’autres négatifs. Mais qu’aucune de ces réactions ne changera la réalité. Des travaux de recherche ont démontré les avantages de la pleine conscience pour les personnes souffrant de maladies pulmonaires, notamment pour les aider à soulager le stress susceptible d’être engendré par l’essoufflement. Il est normal que les personnes souffrant de maladies pulmonaires ressentent un certain essoufflement pendant des activités et le fait de l’accepter peut vous aider à vous sentir mieux par rapport à votre état de santé et à la vie en général.

Se prendre en main

Vous pouvez vous aider vous-même, par exemple en comprenant ce qui a une influence sur votre humeur – ce qui peut l’améliorer et ce qui empire la situation. Cela peut vous aider à prévenir le sentiment d’être incapable de faire face à la situation. Vous pouvez également agrémenter votre vie de choses qui vous sont agréables, comme se lancer dans l’apprentissage de quelque chose de nouveau, passer un coup de fil à un ami ou consacrer davantage de temps à la détente. Cela peut s’avérer particulièrement utile si vous avez le sentiment de ne plus pouvoir faire les choses comme auparavant. Trouvez donc, à la place, autre chose d’agréable que vous pouvez faire maintenant. Il est important de faire régulièrement « le point avec soi-même ». Demandez-vous comment vous vous sentez et si vous vous êtes senti mieux ou moins bien récemment. Si vous commencez à avoir le sentiment que vous n’y arrivez pas, discutez-en avec votre professionnel de santé sans attendre, avant que vos symptômes mentaux ou physiques ne s’aggravent.

« Il est normal de ne pas se sentir bien. Il est normal de se sentir abattu, ou de ne pas avoir la force de faire quoi que ce soit d’autre. Gardez toujours à l’esprit que c’est un problème surmontable et que vous pouvez trouver du soutien pour vous aider à le gérer, tout comme vous le feriez si vous souffriez de symptômes physiques lourds. Ce qui m’a également beaucoup aidé, c’est le fait de me rappeler que mon état ne doit pas me faire penser que je m’amoindris. Je ne vaux pas moins et ne mérite pas moins que les autres simplement à cause de ma maladie. Me rappeler cela m’a beaucoup aidé à gérer mon bien-être mental dans les moments où je me sentais déprimé. » David

Quels sont les problèmes de santé mentale que je pourrais rencontrer ?


Près d’une personne sur quatre sera confrontée à un problème de santé mentale à un moment ou à un autre de sa vie. Nous examinons ici trois affections susceptibles de survenir plus fréquemment chez les personnes atteintes de maladies pulmonaires.

L’anxiété

De nombreuses circonstances liées à votre maladie pulmonaire sont susceptibles de générer de l’anxiété. A savoir, notamment :

  • être hospitalisé en cas d’infection thoracique ou si vos symptômes s’aggravent
  • avoir fréquemment ou constamment le souffle coupé
  • la perte de votre emploi ou l’absence d’interactions avec vos amis et votre famille, ou
  • le sentiment que vos symptômes sont hors de contrôle.

Si ce sentiment d’inquiétude persiste pendant un certain temps ou vous submerge, il s’agit de symptômes d’anxiété pour lesquels vous pouvez obtenir de l’aide.

Signes à surveiller

  • Pensées qui défilent
  • Difficultés de concentration
  • Sentiments de panique, de peur ou de fatalité
  • Problèmes de sommeil
  • Sentiment de vouloir s’échapper
  • Respiration lourde et rapide liée à votre humeur
  • Sueurs ou bouffées de chaleur
  • Nausées
  • Palpitations et tremblements

Dépression

Être atteint d’une maladie pulmonaire peut parfois sembler éreintant. Vous pouvez vous sentir en colère ou découragé, surtout si votre état vous empêche de mener vos activités habituelles. Si ce sentiment dure plusieurs semaines en affectant votre vie quotidienne ou s’il s’accompagne d’une forte sensation de perte de joie de vivre ou de plongée dans un abîme, cela peut être un signe de dépression. La dépression, ce n’est pas la même chose que de se sentir déprimé pendant quelques jours – c’est un problème de santé mentale grave pour lequel vous pouvez obtenir de l’aide.

Signes à surveiller

  • Sentiment d’impuissance ou de désespoir
  • Perte de joie de vivre
  • Perte d’intérêt pour les activités quotidiennes
  • Changements dans les habitudes de sommeil
  • Changement d’appétit – manger plus ou moins
  • Manque d’énergie et de concentration
  • Colère, irritabilité envers soimême ou les autres
  • Sentiment de culpabilité et manque d’estime de soi
  • Pensées de mort ou de suicide

Le syndrome de stress post-traumatique (SSPT)

En tant que personne souffrant d’une maladie pulmonaire, vous pouvez être confronté à des événements traumatisants ayant des effets durables sur votre santé mentale. Par exemple, lorsque vous êtes amené à passer du temps en unité de soins intensifs à l’hôpital ou si vous avez besoin d’une assistance mécanique pour respirer. Cette expérience peut êre traumatisante et certaines personnes ont du mal à y faire face. Elle peut ainsi conduire à un état appelé syndrome de stress post-traumatique. Ce syndrome peut provoquer de graves perturbations dans votre vie quotidienne, car le stress que vous avez ressenti au moment de l’événement continue de vous affecter. Il s’agit d’un problème de santé mentale grave, pour lequel vous pouvez obtenir de l’aide. Si vous remarquez des signes ou des symptômes d’un problème de santé mentale, il est important de solliciter l’aide de votre prestataire de soins de santé le plus tôt possible.

Signes à surveiller

  • Flashbacks du traumatisme vécu à l’origine vous donnant le sentiment que cela se produit de nouveau
  • Cauchemars
  • Stress intense lors de rappels du traumatisme
  • Sueurs, nausées ou tremblements lorsque vous vous rappellez votre expérience

Traitements des problèmes de santé mentale


Chacun est différent et aura donc des besoins spécifiques dont votre professionnel de soins de santé discutera avec vous. Voici quelques exemples de traitements des problèmes de santé mentale pour les personnes souffrant de maladies pulmonaires.

  • Rééducation pulmonaire multidisciplinaire. Cette méthode se révèle très efficace pour améliorer votre santé mentale et physique si vous souffrez d’une maladie pulmonaire.
  • Thérapies par la parole avec un conseiller ou un psychothérapeute. Il peut s’agir par exemple de thérapies cognitivo-comportementales (TCC), de thérapies par exposition (qui aident à surmonter des peurs spécifiques ainsi qu’en cas de dépression ou de SSPT) ou de thérapies des traumatismes.
  • Médicaments tels que les antidépresseurs ou les anxiolytiques. Les médecins qui vous proposeront ce type de traitement travailleront avec vous pour établir le bon dosage afin de limiter les effets secondaires.

On pourrait vous proposer une combinaison de ces traitements et votre équipe soignante s’emploiera à trouver la meilleure solution pour vous.

Où obtenir de l'aide ?


Il est très courant d’avoir des problèmes de santé mentale et il n’y a pas de raison d’en avoir honte. Il est bon de pouvoir en parler ouvertement. Si vous commencez à avoir le sentiment que vous n’y arrivez pas, discutez-en avec votre professionnel de santé qui sera en mesure de discuter des différentes options à votre disposition pour obtenir un soutien. Par ailleurs, vous pouvez également tenter l’une des choses suivantes.

  • Trouvez un groupe de soutien pour les personnes atteintes de votre maladie, soit à proximité de chez vous, soit au sein d’une communauté en ligne. Beaucoup trouvent qu’il utile de parler à d’autres personnes vivant des expériences similaires.
  • Parlez à votre famille et à vos amis. Même s’ils ne vivent pas la même expérience que vous, vous pouvez les aider à comprendre ce que vous vivez. Vous pourriez, par exemple, évoquer avec eux différentes façons de vous aider et leur expliquer les moments où vous avez besoin de votre propre espace. Ils peuvent vous aider à remarquer des changements dans votre humeur et si vous avez besoin d’un soutien supplémentaire.

« Une des choses utiles que j’ai apprises du temps passé à échanger avec des personnes d’autres associations de patients est qu’il n’y a pas de culpabilité à avoir à se sentir mal. Vous devez accepter de ne pas vous sentir bien à certains moments de votre vie. Il est extrêmement difficile d’être fort, joyeux, heureux et bien dans sa peau à tout moment. Vous devez accepter d’être de mauvaise humeur. J’ai parfois mes mauvais jours – je ne vois alors personne et me réserve ces journées juste pour moi. Je me faufile dans une couverture et je reste à la maison. Je pleure, je crie ou je dors s’il le faut. Je m’autorise à ne rien faire et puis je me réveille le lendemain, revigorée – c’est une nouvelle journée qui démarre et je me sens presque renaître, je suis à nouveau positive et me sens comme neuve. » Elena

  • Entrez en contact avec des associations de patients qui soutiennent les personnes souffrant de votre maladie. Vous constaterez peut-être que le fait de prendre une part active à ces organisations vous permet de communiquer avec des personnes ayant des objectifs similaires aux vôtres et de garder votre esprit actif lorsque vous travaillez à la réalisation de ces objectifs communs.

Pour les familles/amis/aidants


Offrir des soins à quelqu’un peut s’avérer une expérience stressante et cela peut même affecter votre bien-être mental. Cela est tout à fait normal, et il est important que vous protégiez votre propre santé mentale. Si vous remarquez des signes ou des symptômes d’un problème de santé mentale, il est important de demander de l’aide le plus tôt possible. Votre propre santé est importante et vous ne serez en mesure de fournir de bons soins et un soutien que si vous prenez vous-même bien soin de votre santé. Si vous vous occupez d’une personne souffrant d’une maladie pulmonaire et souhaitez pouvoir également favoriser son bien-être mental, il est parfois difficile de connaître la meilleure façon de procéder. L’expérience de chacun en matière de bien-être mental ou de santé mentale est unique et personnelle. Il est souvent bénéfique de commencer par engager une discussion ouverte sur l’origine potentielle des humeurs négatives, sur ce que la personne concernée trouve utile et sur le soutien qu’elle attend de votre part. Si vous notez un changement d’humeur et que cela vous inquiète, demandez à la personne comment elle se sent, comment elle fait face à ce sentiment et de quel type de soutien elle pourrait avoir besoin. Vous pourriez ne pas être en mesure de l’aider directement. En revanche, vous pourriez l’orienter vers une aide professionnelle en lui faisant savoir que vous serez là pour elle. Souvent, il est plus important de savoir écouter que de donner des conseils. Vous pouvez également lui proposer de l’accompagner à ses rendez-vous si elle hésite à parler de son état avec un professionnel de santé.

Ressources complémentaires


Patient organisations

Mental health resources

ELF factsheets

Date de création : juin 2020.

S'inscrire à notre bulletin d'information