Print

Naissance prématurée et poumons

Ces dernières années, le nombre d’enfants survivant une naissance prématurée a crû. Cela signifie qu’il est possible que le nombre d’enfants et de futurs adultes ayant des problèmes pulmonaires pour cause de prématurité augmente. Cette fiche examine la manière dont une naissance prématurée affecte les poumons, ce qui peut être fait pour réduire l’impact des problèmes associés à une naissance avant terme, aussi bien en ce qui concerne un nourrisson qu’un adulte, et fournit des conseils aux parents de bébés nés prématurément.

Dernière mise à jour 15/02/2021
This content is available in multiple languages.

Qu’est-ce qu’une naissance prématurée ?


En moyenne, une grossesse dure entre 37 et 42 semaines. Lorsqu’un bébé naît avant la fin complète de la 37ème semaine de grossesse, cela est considéré être une naissance avant terme. Ceux nés avant la 28ème semaine de grossesse sont considérés comme extrêmement prématurés.

75 % des naissances avant terme ont lieu après 32 semaines. Il est observé que les bébés ayant les problèmes de santé les plus graves font partie de la catégorie des « extrêmement prématurés ». Près de 15 millions de bébés dans le monde et près de 500 000 bébés en Europe naissent prématurément chaque année (ce qui représente une naissance sur dix). D’après ces chiffres, les enfants prématurés représentent le plus grand groupe de patients infantiles d’Europe et les naissances prématurées sont devenues la plus forte cause de décès infantile et de handicap à la naissance aussi bien dans les pays développés que dans les pays en voie de développement.

Existe-t-il des facteurs de risque associés à une naissance prématurée ?


Dans environ la moitié des cas de naissance prématurée, la cause exacte d’une naissance précoce est inconnue. Toutefois, plusieurs facteurs de risque ont été identifiés. Ces derniers sont susceptibles d’accroître les probabilités d’un accouchement avant terme, comme par exemple une infection de la mère, être une femme très jeune ou trop âgée (avoir moins de 17 ans ou plus de 35 ans), fumer (même s’il ne s’agit que de tabagisme passif).

Quels problèmes de santé risquent d’affecter les bébés nés prématurément ?


Comparés aux bébés nés à terme, ceux nés avant terme sont plus susceptibles de souffrir de problèmes de santé. Plus un bébé naît prématurément, moins ses organes sont développés et plus la probabilité de complications médicales plus tard est élevée. Cela inclut une infirmité motrice cérébrale, des handicaps moteurs et sensoriels, des troubles de l’apprentissage et du comportement et plus communément des problèmes pulmonaires.

Comment une naissance avant terme est-elle liée à une maladie des poumons ?


Les poumons sont l’un des derniers organes à se développer dans l’utérus. Ainsi, lorsqu’un bébé naît prématurément ses poumons ne sont pas complètement développés ce qui peut entraîner des « problèmes de santé » à court et long termes.

Problèmes à court terme


Dysplasie bronchopulmonaire (DBP)

La maladie pulmonaire la plus commune qui touche les bébés prématurés est la dysplasie bronchopulmonaire (DBP). Elle se caractérise par une respiration rapide, un manque de souffle, le halètement et une toux pour avoir plus d’oxygène. Cet état se développe généralement lorsque les bébés nés avant terme sont mis sous respiration mécanique, c’est-àdire lorsqu’un insufflateur aide le bébé à respirer jusqu’à ce que les poumons puissent fonctionner par eux-mêmes. Bien que ce processus soit souvent essentiel à la survie d’un bébé, il peut endommager les poumons d’un bébé et entraîner une inflammation qui devient une DBP. La DBP peut être temporaire même si, chez certains enfants, les symptômes peuvent persister jusqu’à l’âge adulte, accroissant les risques de maladies chroniques des poumons telles que la bronchopneumopathie chronique obstructive (BPCO).

Syndrome de détresse respiratoire (SDR)

Le SDR est la principale cause de mortalité chez les bébés prématurés. Il se produit chez les bébés dont les poumons ne sont pas entièrement développés et il est causé en général par l’absence de la substance protectrice appelée surfactant. Cette substance permet de garder les poumons de bébé gonflés avec de l’air. Lorsque les bébés sont à bout de souffle, il faut leur donner de l’oxygène à travers un tube ou bien un surfactant de substitution. Le SDR peut engendrer un risque plus élevé d’apparition d’une DBP et d’infections pulmonaires graves au cours des deux premières années de la vie d’un bébé, et peut accroître les risques d’asthme plus tard.

Virus respiratoire syncytial (VRS)

Presque tous les bébés auront un VRS d’ici l’âge de deux ans. En ce qui concerne la plupart des bébés nés à terme, les symptômes du virus ressemblent à un simple rhume. Les bébés nés à terme reçoivent des anticorps de leur mère pendant la grossesse qui les aident à combattre le VRS et d’autres virus. Cependant, lorsqu’un bébé naît, ne serait-ce même que quelques semaines avant terme, il ne reçoit pas suffisamment d’anticorps avant la naissance. Ce manque d’anticorps, combiné au fait que les poumons ne sont pas encore complètement développés, fait que la prématurité est le facteur de risque le plus important lorsqu’il s’agit d’une infection par VRS. Parmi les symptômes de ce virus on recense une toux persistante et une respiration sifflante, une température élevée et le fait de se trouver soudainement à court de souffle. Si votre bébé présente ces symptômes, il est important de contacter votre médecin dès que possible. Les parents peuvent empêcher les bébés d’attraper cette infection par la prophylaxie de leur bébé prématuré contre le VRS et en encourageant les personnes en contact rapproché avec le bébé à se laver régulièrement les mains, surtout avant de toucher le bébé, et en nettoyant fréquemment les jouets, la literie et les zones de jeu. Ils doivent également veiller à ce que personne ne fume à proximité de leur bébé.

Problèmes à long terme


Actuellement, les experts ne connaissent pas avec certitude les effets à long terme d’une naissance prématurée. Les progrès médicaux permettent à un plus grand nombre de bébés prématurés de survivre longtemps, particulièrement les bébés grands prématurés, qui survivent désormais. Parce que c’est une avancée relativement récente, les chercheurs n’ont pas pu évaluer encore l’impact à long terme sur les poumons d’une naissance prématurée. Toutefois, une étude sur l’effet d’une naissance prématurée sur les enfants en âge de scolarisation a été effectuée. Elle a démontré que les enfants prématurés ont une capacité moindre que les enfants de leur âge nés à terme. Par ailleurs, les enfants prématurés sont plus susceptibles de développer un asthme allergique, d’avoir un fonctionnement pulmonaire réduit et plus de problèmes d’obstruction des voies respiratoires.

Quel est l’impact de ces conséquences sur la santé ?


Lorsqu’un bébé est prématuré, il sera immédiatement transféré vers une unité de soins spécialisée (Soins intensifs néonataux) pour que des soins spécialisés et individualisés leurs soient prodigués. Cela peut être particulièrement difficile pour les parents parce qu’ils se retrouvent séparés de leur bébé très peu de temps après sa naissance, outre le fait que leur enfant arrive plus tôt que prévu. Il est possible que les parents rentrent chez eux alors que le bébé reste à l’hôpital ou bien qu’ils rentrent chez eux mais qu’ils soient tenus d’administrer une oxygénothérapie ou d’autres traitements. Les familles qui doivent s’occuper d’un bébé prématuré doivent souvent faire face à des coûts financiers et à des problèmes psychologiques et sociaux associés aux problèmes de santé à long terme de leur enfant. Les effets d’une naissance prématurée varient grandement entre les pays, et au cours des dernières décennies l’écart de survie pour les bébés nés dans des pays riches et des pays pauvres s’est énormément élargi. Beaucoup de bébés nés avant terme, particulièrement ceux nés avant 28 semaines, souffrent de problèmes de santé à l’âge adulte qui peuvent être un lourd fardeau financier et social pour ces personnes, leur famille et la société.

Que peut-on faire pour diminuer l’impact des problèmes associés à une naissance prématurée ?


Un programme de suivi des soins et un programme post-traitement

Afin d’améliorer les soins destinés daux bébés prématurés ayant des problèmes pulmonaires, il est capital d’exécuter un plan de suivi structuré et un programme post-traitement pour le traitement, la documentation des consultations médicales et du post-traitement. Cela signifie que lorsqu’un aspect de la maladie de l’enfant a été traité, il est essentiel que le médecin soumette les antécédents pertinents à la prochaine personne qui soigne l’enfant. En outre, les professionnels de la santé doivent aider les parents chez eux au travers d’une formation et d’une éducation. Tandis que cela existe dans certains pays, d’autres systèmes de santé n’ont pas de programmes de suivi efficaces en place.

Contrôle des infections

Un autre domaine clé d’amélioration est une plus grande sensibilisation aux risques d’infection pulmonaire. Si une infection est identifiée tôt, elle est beaucoup plus facile à traiter.

Meilleur soutien pour les parents

Bien souvent, les parents peuvent se sentir complètement démunis face à la maladie de leur enfant après sa naissance. Il est important qu’ils reçoivent les meilleures informations possibles et qu’ils soient référés à un groupe de soutien parental près de chez eux pour qu’ils puissent écouter les expériences d’autres parents dans leur cas. Si les parents et leur famille se sentent soutenus, ils seront plus en mesure de gérer l’éventuel impact d’avoir un enfant prématuré. Si vous devez vous occuper d’un bébé né prématurément, vous vous posez peut-être des questions, et il est important que vous vous sentiez entendu(e) et soutenu(e). Il existe des organisations parentales à travers l’Europe qui peuvent offrir des réseaux de soutien et des informations dans votre pays.

La fondation européenne pour les Soins aux Nouveau-nés (EFCNI) est la première organisation paneuropéenne et le premier réseau interactif qui représente les intérêts des nouveau-nés et bébés prématurés et de leurs familles. Elle rassemble les parents, les professionnels de la santé ainsi que les parties prenantes de différentes disciplines en vue d’améliorer ensemble la santé à long terme des prématurés et des nouveaunés en garantissant la meilleure prévention possible ainsi que les meilleurs traitements, soins et supports possibles. Pour de plus amples informations, veuillez consulter www.efcni.org

Ces informations ont été compilées avec l’aide du Professeur Gunilla Hedlin, du Docteur Kajsa Bohlin, de Katarina Eglin de Fruehgeborene et d’experts de la fondation européenne pour Soins aux Nouveau-nés (EFCNI).

S'inscrire à notre bulletin d'information