Print

Les maladies rares et orphelines

Une maladie rare est définie comme une maladie qui affecte moins d’une personne sur 2000 en Europe. Les maladies orphelines sont celles qui ne bénéficient que de peu de recherche, celles où les traitements ne sont pas disponibles, et celles qui peuvent ne présenter qu’un intérêt limité pour les scientifiques et les médecins. Par conséquent, les patients se sentent abandonnés et « orphelins » dans le domaine de la santé. Les maladies orphelines peuvent être courantes ou rares.

Dernière mise à jour 24/06/2021
This content is available in multiple languages.

Affections


VASCULARITE PULMONAIRE

La vascularite pulmonaire fait référence à une inflammation des petits vaisseaux sanguins dans les poumons. Il s’agit généralement d’une affection plus importante affectant l’ensemble du corps, entraînant une inflammation dans les vaisseaux de plusieurs organes. Elle peut être traitée par des corticostéroïdes, des médicaments immunosuppresseurs et des anticorps monoclonaux (rituximab).

SYNDROMES HÉMORRAGIQUES ALVÉOLAIRES

Les principaux symptômes sont les crachats de sang et une anémie qui survient rapidement (faible numération de globules rouges). Les syndromes hémorragiques alvéolaires sont généralement diagnostiqués lorsque du sang est détecté dans le fluide prélevé au cours d’un procédé dit de lavage broncho-alvéolaire. Il existe de nombreuses causes du syndrome hémorragique alvéolaire, y compris les maladies infectieuses rares telles que la leptospirose.

LA BRONCHIOLITE

La bronchiolite fait référence à une inflammation des petites voies aériennes dans les poumons. Elle peut être provoquée par l’inhalation de toxines, de gaz et de poussières ou une greffe de poumon. Elle est également liée à d’autres maladies inflammatoires comme la polyarthrite rhumatoïde et les maladies interstitielles. Elle peut entraîner une obstruction des voies aériennes et elle est diagnostiquée par des tests de la fonction pulmonaire et par tomodensitométrie.

PNEUMONIE ÉOSINOPHILE IDIOPATHIQUE

Elle peut survenir suite à une prise de médicaments pour d’autres affections ou être liée à une maladie provoquée par une attaque parasitaire par des vers. Elle se traduit par un essoufflement et un taux élevé d’éosinophiles – un type de globule blanc. Elle peut également être associée à l’asthme. Le traitement par corticoïdes est souvent très efficace, mais les rechutes sont très fréquentes.

Une forme aiguë ou de courte durée de l’affection peut se produire, similaire à un syndrome de détresse respiratoire de l’adulte. Cela peut s’améliorer avec ou sans corticostéroïdes et affecte souvent les individus qui viennent tout juste de commencer à fumer.

PROTÉINOSE ALVÉOLAIRE PULMONAIRE

Ces troubles sont causés par une réaction immunitaire anormale du corps quand un type de protéine s’accumule dans les petits sacs d’air (alvéoles) des poumons, rendant la respiration difficile. Les symptômes peuvent inclure une toux, une respiration sifflante et un essoufflement. Cette maladie est généralement diagnostiquée lorsqu’on observe un fluide laiteux au cours d’une procédure dite de lavage broncho-alvéolaire. Cette procédure consiste à injecter un fluide dans les poumons par un long tube appelé un bronchoscope, et ensuite à le prélever pour l’examiner.

Un lavage complet du poumon est le traitement normal pour la protéinose alvéolaire pulmonaire. On insère un tube dans les poumons, ce qui permet de ventiler un poumon tandis que l’autre poumon est rempli à plusieurs reprises d’une solution saline et drainé pour nettoyer les alvéoles. Un autre traitement, consistant à inhaler une protéine appelée GM-CSF est également devenu efficace pour traiter cette affection.

TRACHÉOPATHIES IDIOPATHIQUES

Ce terme désigne des troubles de la trachée, provoquant généralement une toux chronique ou des infections pulmonaires récurrentes. Elles sont diagnostiquées par tomodensitométrie ou endoscopie, un procédé où l’on insère un tube mince, long et flexible dans les voies aériennes (bronchoscopie).

DYSKINÉSIE CILIAIRE PRIMITIVE

Il s’agit d’une affection chez les enfants qui se produit lorsqu’un enfant hérite d’un gène défectueux de ses parents. Elle affecte les petits cils, les structures mobiles microscopiques qui tapissent les voies aériennes, les oreilles et les sinus. Ses symptômes peuvent inclure l’incapacité à éliminer le mucus des poumons, le nez bouché de façon persistante et la sinusite. Elle peut conduire à la propagation de la bronchiectasie (élargissement des bronches) et finalement à l’insuffisance respiratoire chronique.

ENDOMÉTRIOSE THORACIQUE ET AFFAISSEMENT DES POUMONS (PNEUMOTHORAX CATAMÉNIAL)

L’endométriose est une affection fréquente qui touche les femmes chez lesquelles de petits fragments de tissus provenant de la muqueuse utérine se trouvent hors de l’utérus. Elle se produit généralement dans les trompes de Fallope, les ovaires, la vessie, l’intestin, le vagin ou le rectum, mais peut parfois affecter les poumons (endométriose thoracique). Cela peut provoquer des crachats de sang ou un essoufflement chez une femme. Cela peut également entraîner un collapse pulmonaire, connu sous le nom pneumothorax. Jusqu’à un tiers des cas de pneumothorax chez les femmes pourrait être lié à l’endométriose thoracique.

MALADIES PULMONAIRES KYSTIQUES MULTIPLES

Ces maladies sont provoquées par des kystes dans les poumons. Elles peuvent entraîner un essoufflement et conduisent souvent à un collapse pulmonaire et à une insuffisance respiratoire de longue durée. Les principales affections incluent:

  • La lymphangioléiomyomatose (LAM) qui peut toucher les femmes jeunes
  • L’histiocytose pulmonaire à cellules de Langerhans, qui se développe chez les fumeurs
  • Le syndrome de Birt-Hogg-Dube, qui survient le plus souvent chez les individus ayant des antécédents génétiques de collapse pulmonaire

Causes


Près de 80 % des maladies rares sont causées par des facteurs génétiques. Elles pourraient aussi faire partie d’une affection plus importante affectant l’ensemble du corps ou être causées par des médicaments prescrits pour soigner une autre affection.

Traitement


La recherche sur le traitement des maladies rares est souvent limitée, car le nombre d’individus touchés par chaque affection est très faible . Certains médicaments qui étaient utilisés pour traiter d’autres affections l’ont été également dans le cas des maladies pulmonaires rares.
Les gouvernements ont lancé des mesures incitatives afin que les entreprises pharmaceutiques développent des traitements pour les maladies pulmonaires rares et orphelines. Mais le coût de ces traitements est souvent très élevé.
L’UE a formulé des recommandations à l’usage des professionnels de santé sur la meilleure façon de traiter les maladies rares. Les principes majeurs à la base de ces recommandations sont les suivants:

  • Les professionnels de la santé qui sont spécialistes d’une maladie rare spécifique devraient se rendre chez le patient afin d’éviter à celui-ci d’avoir à se déplacer
  • Les patients devraient être également traités au plus proche de leur domicile, éventuellement à l’aide des nouvelles technologies (la télémédecine)

Visit Patient Priorities site for more information

Read more
S'inscrire à notre bulletin d'information