Print

Les maladies pulmonaires infantiles

La recherche a démontré que les troubles pulmonaires représentent environ un quart de toutes les visites d’enfants chez un médecin généraliste. Les deux affections principales chez les enfants sont l’asthme et la mucoviscidose, elles sont traitées dans des rubriques différentes.

Dernière mise à jour 30/04/2021
This content is available in multiple languages.

Affections


BRONCHIOLITE

La bronchiolite est une inflammation ou un gonflement des petites voies aériennes, appelées bronchioles. Elle touche les bébés et les enfants âgés de moins de deux ans et représente la cause la plus courante d’admission à l’hôpital des bébés âgés de moins d’un an.

La bronchiolite est causée par une infection virale, le plus souvent le virus respiratoire syncytial (VRS). Il s’agit de l’infection pulmonaire la plus courante chez les nourrissons. La plupart des bébés développent une infection par le VRS à l’âge de deux ans et, pour la plupart, les symptômes sont similaires à ceux d’un rhume courant. Le virus provoque un excès de mucus et un gonflement de la paroi des petites voies aériennes.

Les nourrissons touchés développent une respiration rapide, une irritabilité liée à une respiration sifflante, leur alimentation est mauvaise et ils souffrent de vomissements.

Les nourrissons infectés par le virus respiratoire syncytial (RSV) nécessitent habituellement des soins, mais aucun médicament. Dans les cas extrêmement graves, on leur prescrit des médicaments antiviraux. Les nourrissons qui présentent un risque élevé de développer l’affection peuvent bénéficier d’un traitement par un anticorps appelé palivizumab, afin de les aider à réduire les cas d’infections graves.

LES AFFECTIONS PULMONAIRES LIÉES À LA PRÉMATURITÉ, DONT LA DYSPLASIE BRONCHOPULMONAIRE (DBP)

Les bébés nés prématurément ont un risque accru de développer des affections pulmonaires. Les poumons sont parmi les derniers organes à se développer lors de la croissance d’un bébé. Cela signifie que lorsqu’un bébé est né prématurément, ses poumons ne sont pas complètement développés.

Dans une étude menée aux États-Unis, sur 100 enfants nés à 23 semaines, 60 sont morts avant leur sortie de l’hôpital, la plupart d’entre eux suite à une insuffisance respiratoire.

La dysplasie broncho-pulmonaire (DBP) est l’affection pulmonaire la plus fréquente touchant les bébés prématurés.

La DBP est l’une des complications les plus graves chez les enfants nés prématurément avec un pourcentage de 23 % des bébés nés à 28 semaines et de 73 % des bébés nés à 23 semaines qui souffrent de cette affection. Elle se caractérise par une respiration rapide et agonique, de même que la suffocation, la toux et des difficultés à maintenir des taux d’oxygène normaux, ce qui conduit souvent à la ventilation mécanique.

La DBP est généralement diagnostiquée si un bébé a encore besoin d’oxygène supplémentaire et continue à présenter des signes de troubles respiratoires au-delà de l’âge de vingt-huit jours. Le traitement est destiné à les aider à respirer jusqu’à ce que le développement des poumons devienne suffisant. Cependant, la DBP entraîne souvent des troubles respiratoires plus tard dans l’enfance et la vie adulte. Aucun traitement n’est disponible pour guérir l’affection et davantage de recherche est nécessaire pour développer un traitement efficace pour les bébés nés avec des poumons non entièrement développés.

PNEUMONIE

La pneumonie est fréquente dans le monde entier, mais surtout dans les pays en voie de développement. Chaque année, on estime qu’environ 151 millions de nouveaux cas de pneumonie surviennent chez les enfants âgés de moins de cinq ans dans les pays en voie de développement. Dans les pays développés, les complications graves se restreignent habituellement aux enfants présentant des pathologies sous-jacentes.

La pneumonie est le plus fréquent chez les enfants plus jeunes et commence souvent après un rhume, une toux ou un mal de gorge et elle peut se transmettre facilement d’une personne à une autre par l’air ou par une surface contaminée. La pneumonie est le plus souvent provoquée par une infection par la bactérie Streptococcus pneumoniae ou un virus tel que :
• L’adénovirus
• Le rhinovirus
• Le virus de la grippe
• Le virus respiratoire syncytial (VRS)
Les gens souffrant de pneumonie souffrent de toux, et présentent d’autres symptômes tels que la fièvre ou l’essoufflement. On observe de fortes variations d’un pays à l’autre en ce qui concerne le nombre de cas de pneumonie et le nombre de décès dus à cette affection. Ceci est dû à plusieurs facteurs, notamment la malnutrition, le surpeuplement, un faible poids à la naissance, une infection par le VIH pré-existante et l’efficacité des programmes d’immunisation dans les pays. On constate un taux de mortalité par pneumonie plus élevé dans les pays d’Europe de l’Est que dans les pays de l’Europe de l’Ouest.

La pneumonie peut également se développer sous forme d’une complication à la rougeole, survenant chez 5 à 10 % des enfants atteints de rougeole.

La pneumonie est généralement diagnostiquée par une radiographie du thorax présentant une opacité pulmonaire. Les antibiotiques sont généralement utilisés pour soigner la pneumonie. Les antibiotiques éliminent les bactéries mais pas les virus. Souvent, toutefois, la cause de la pneumonie n’est pas connue au début de la maladie et des antibiotiques sont prescrits pour soigner les causes bactériennes probables. Aussi, une infection bactérienne peut faire suite à une première infection virale.

TUBERCULOSE (TB)

La tuberculose est causée par la bactérie Mycobacterium tuberculosis. La tuberculose chez les enfants résulte le plus couramment d’un contact avec quelqu’un à la maison atteint de tuberculose active

Les nourrissons et les enfants sont exposés à un risque accru de contracter la tuberculose et sont susceptibles de développer une forme active de la maladie plus rapidement que les adultes. Si elle n’est pas traitée, les nourrissons ont 50 à 60 % de chances de mourir de l’infection.

Les symptômes varient mais comprennent une toux, des douleurs à la poitrine, du phlegme, de la fatigue et une perte d’appétit.

Le diagnostic de la tuberculose peut être difficile à confirmer, car il est difficile de recueillir des échantillons du mucus produits par la toux des enfants. Les médecins examinent les symptômes d’un enfant, des échantillons de tissus et les preuves d’exposition à la tuberculose pour déterminer s’il a la maladie.

Bien que les enfants soient très vulnérables à la tuberculose, elle ne constitue pas l’une des principales causes de décès chez les enfants. Le vaccin Bacille Calmette-Guérin (BCG) est utilisé dans certains pays, en particulier là où la tuberculose est relativement fréquente mais son utilisation générale a été progressivement éliminée dans de nombreux pays où la probabilité de la tuberculose est faible.

TROUBLES PULMONAIRES PRÉSENTS À LA NAISSANCE (TROUBLES PULMONAIRES CONGÉNITAUX)

Les affections respiratoires congénitales sont présentes à la naissance et affectent la structure et la fonction des poumons. Elles peuvent affecter le diaphragme, les poumons, le débit sanguin, les voies aériennes, le larynx et la bouche.

Les causes des affections congénitales sont généralement inconnues. Parfois, elles peuvent être causées par une maladie héréditaire. Parmi les maladies héréditaires, on peut citer la dyskinésie ciliaire primitive, lorsqu’un enfant hérite d’un gène défectueux de ses parents.

Les effets des troubles pulmonaires congénitaux sont généralement examinés au cours de la première année de vie. En ce qui concerne la dyskinésie ciliaire primitive, les symptômes peuvent inclure l’incapacité à éliminer le mucus des poumons, la bronchite chronique, un nez constamment bouché et une sinusite.

Les affections rares et souvent difficiles à prendre en charge, le diagnostic et le traitement des troubles pulmonaires congénitaux doivent être disponibles dans les centres spécialisés.

COQUELUCHE

La coqueluche, également connue sous le nom de pertussis, est une infection respiratoire à court terme causée par la bactérie Bordetella pertussis. Les symptômes sont caractérisés par des périodes prolongés de toux, souvent suivies par « le chant du coq » lorsque l’enfant respire. La toux peut durer des semaines ou des mois.

Les symptômes sont souvent bénins, car la plupart des enfants dans l’UE sont vaccinés contre la coqueluche. Toutefois, les épidémies se produisent toujours, ,parce que le vaccin n’offre pas une protection à vie et parce que des cas de coqueluche sont de plus en plus souvent observés chez les adultes.

Prévention


Les vaccins et les programmes d’immunisation sont un moyen efficace de prévenir certaines maladies, notamment certains types de pneumonie, la tuberculose et la coqueluche. Des programmes de vaccination couvrent généralement 90 % de la population et ont réussi a diminué la fréquence de maladies telles que la coqueluche, la rougeole, et les infections par les bactéries Haemophilus influenzae et Streptococcus pneumoniae (pneumocoque) dans tous les pays européens.

Il n’existe actuellement aucun vaccin pour le virus respiratoire syncytial (VRS).

S'inscrire à notre bulletin d'information