Print

Les troubles respiratoires du sommeil

Le terme « troubles respiratoires du sommeil » fait référence à une série d’affections qui se traduisent par une respiration anormale pendant le sommeil. La plus courante est l’apnée du sommeil. Par apnée, on entend une pause temporaire dans la respiration. Bien qu’il existe d’autres types d’apnée, le terme « apnée du sommeil » fait généralement référence au syndrome d’apnée obstructive du sommeil (SAOS) pour lequel la personne est incapable pendant un bref laps de temps de respirer à cause de l’obstruction temporaire de la voie aérienne dans la gorge, appelée le pharynx. Chez les patients souffrant du SAOS, ceci peut se produire des centaines de fois au cours d’une seule nuit de sommeil.

Dernière mise à jour 22/07/2021
This content is available in multiple languages.

Symptômes


Quand nous sommes endormis, nos muscles sont détendus. Chez certains individus, la langue et les muscles détendus dans la gorge peuvent occasionner un rétrécissement des voies aériennes, ce qui restreint la respiration et peut l'arrêter temporairement. Quand cela survient, le cerveau provoque un bref éveil partiel, qui permet d’ouvrir les voies aériennes à nouveau et la reprise de la respiration. Les réveils répétés pendant la nuit peuvent affecter la qualité du sommeil de façon importante, conduisant à une somnolence diurne excessive.

En outre, chaque apnée s'accompagne d'une forte augmentation de la fréquence cardiaque et de la pression artérielle. Finalement, l'augmentation de la pression artérielle (hypertension) persiste même lorsqu’on est éveillé, ce qui accroît le risque de crise cardiaque ou d’un accident vasculaire cérébral.

Le ronflement survient en général chez les personnes atteintes du SAOS. Le bruit de ronflement provient de la vibration des tissus dans ²la gorge, ce qui implique que les voies aériennes sont potentiellement instables et donc plus vulnérables à l'affaissement pendant le sommeil. Cependant, seule une minorité de ronfleurs est atteinte par le SAOS.

Les symptômes du SAOS peuvent survenir le jour et la nuit :

JOUR

  • Somnolence excessive
  • Déconcentration
  • Maux de tête matinaux
  • Changements d’humeur
  • Sécheresse buccale
  • Impuissance ou baisse de libido

NUIT

  • Sommeil agité
  • Apnées
  • Réveil par étouffement
  • Rêves d’apparence réelle
  • Nycturie (uriner pendant la nuit)
  • Transpiration
  • Insomnie
  • Salivation et grincement de dents

Causes


La prévalence de l'apnée du sommeil augmente avec l'âge jusqu'à 60 ans.

Tout ce qui occasionne un rétrécissement, suite à quoi la gorge est plus étroite que la moyenne, peut augmenter le risque de SAOS;

FACTEURS D'ENVIRONNEMENT

L’obésité modérée ou grave est un facteur de risque majeur, car elle s’accompagne d’une augmentation du tissu adipeux autour de la gorge. L’obésité se rencontre chez 60 à 90 % des personnes souffrant du SAOS et c’est le facteur de risque le plus fréquent chez les adultes.

Le tabac et l’alcool sont tous deux liés à une plus forte prévalence du ronflement et de l’apnée du sommeil.

FACTEURS GÉNÉTIQUES

Certaines personnes sont plus susceptibles de développer l’apnée du sommeil en raison de leurs gènes.

L’apnée du sommeil est plus fréquente chez les hommes que chez les femmes.

Certains types hérités de structure osseuse du visage sont associés à une gorge étroite, augmentant ainsi le risque de SAOS, la plus fréquente étant d’avoir le menton fuyant. Les affections génétiques spécifiques telles que le syndrome de Down prédisposent également les individus au SAOS.

Le SAOS se produit également chez les enfants et l’élargissement des amygdales augmente le risque de souffrir de cette affection. Chez certains enfants ou adultes, une congestion nasale grave peut aggraver ce trouble.

Prévention


Le cas échéant, des modifications du mode de vie importantes tels que la perte de poids,la réduction de la consommation d’alcool et le tabagisme peuvent à elles seules contribuer à prévenir la maladie.

Traitement


Le diagnostic du SAOS est souvent fait à partir de symptômes et d’un examen clinique, mais dans la plupart des cas, le rapport pendant la nuit est nécessaire pour confirmer ce diagnostic. Une étude détaillée du sommeil, appelée polysomnographie, enregistre les ondes cérébrales, l’activité musculaire, les mouvements oculaires, l’activité cardiaque, les mouvements de la poitrine, la circulation de l’air au niveau du nez et de la bouche, ainsi que le taux d’oxygène dans le sang (oxymétrie).

Cette étude détaillée est réalisée dans une clinique du sommeil, cependant, chez la plupart des cas pour lesquels on présume un SAOS, des analyses plus simples peuvent être réalisées en utilisant un équipement mobile, souvent au domicile du patient. Plusieurs dispositifs sont maintenant disponibles pour enregistrer diverses combinaisons de taux d’oxygène dans le sang, le mouvement de la poitrine, le débit et la fréquence cardiaque.

Le niveau de somnolence diurne est évalué par un questionnaire simple appelé l’échelle de somnolence d’Epworth. Il demande au patient d’évaluer le risque de s’endormir dans différentes situations quotidiennes. Les symptômes de l’apnée du sommeil, comme le ronflement et les apnées observées peuvent également être signalés par la personne partageant le même lit.

Le traitement le plus efficace contre l’apnée du sommeil est la ventilation en pression positive continue (CPAP), qui est simple et très rentable. Cette forme de traitement comporte un appareil qui génère un flux d’air par l’intermédiaire d’un masque sur le nez (ou le nez et la bouche) à une pression qui est ajustée pour maintenir la gorge ouverte pendant la nuit. Pour un avantage persistant, ce dispositif doit être utilisé tous les soirs. Il existe d’autres options, y compris un appareil porté à l’intérieur de la bouche pour amener la mâchoire inférieure vers l’avant ou, le cas échéant, une intervention chirurgicale pour enlever les amygdales.

Il n’existe actuellement aucun traitement pharmacologique.

S'inscrire à notre bulletin d'information